flag france

Français flag england Anglais

CHAMPIONNATS DU MONDE 6ÈME JOURNÉE

Doha 2019

Gina Bass a été adoptée par toute l’Afrique lorsqu’elle a participé à la finale du 200 m féminin lors de la sixième journée.

Le merveilleux parcours de la sprinteuse gambienne aux championnats du monde s’est terminée par une 6e place (en 22’’71), dans une course remportée par la Britannique Dina Asher-Smith en 21.88.

"La course était normale", a déclaré la Gambienne de 23 ans, "mais un peu difficile parce que mon corps est fatigué, je dois maintenant me détendre."

En plus d’atteindre la finale du 200m, Bass avait également participé au 100m où elle est allée jusqu’à la demi-finale.

«Je suis très satisfaite de ma performance. Je vais terminer ma saison pour mieux aborder la saison prochaine Tokyo 2020 », a déclaré Gina Bass.

Koala se débrouille dans l'heptathlon

Foto2 marthekoalaL’heptathlon a été marqué par les performances remarquables de Marthe Koala, dans certaines épreuves de la première journée. La Burkinabé a établi un record national de 13.05 au 100 m haies et a terminé en quatrième position. Sa performance en saut à hauteur était proche de la meilleure de sa saison tout comme au lancer du poids. La seule chose qui lui a déplu, c’est quand elle a terminé à la dernière place du 200 m.

«Je suis un peu déçue de mon résultat au 200m mais je pense (jeudi) que je pourrais me rattraper au saut en longueur», a déclaré Koala. «Je veux vraiment battre mon propre record et pourquoi pas celui de l’Afrique dans cette compétition.»

Odile Ahouanwanou, du Bénin, a également eu des performances louables.

Les Africaines dominent les courses de 1500m et 5000m

Foto 3Kipyegon FaithLa médaillée d'or olympique et championne du monde en titre Faith Kipyegon a commence sa défense du titre au 1500m avec une deuxième place derrière la reine de la distance la Néerlandaise Sifan Hassan, qui a déjà remporté l'or au 10000m à Doha. Kipyegon était parmi les 7 Africaines à avoir survécu aux séries. Winnie Nanyondo, de l’Ouganda, qui avait déjà couru le 800 m, a été parmi les premières.

La championne du monde du 5000m, Hellen Obiri, a également bien débuté sa défense du titre en se qualifiant pour la finale en 14: 52.13. La Kenyane est parmi les sept Africaines à avoir passé sans problème en compagnie de ses compatriotes Margaret Kipkemboi et Lilian Rengeruk.

Dans d’autres épreuves, la Nigériane Chioma Onyekwere a réussi un record personnel de 61,38 m en lancer du disque, ce qui n’a pas suffi à la faire passer les qualifications. Sa compatriote Oyesade Olatoya a subi le même sort au lancer du poids féminin.

 

 

 

 

 

Helen Ngoh pour l’IAAF