Les pensionnaires de AADC Dakar retrouvent la piste

Les athlètes du Centre africain de développement de l'athlétisme (AADC) de Dakar ont fait leur rentrée le vendredi 20 novembre 2021, après la pause imposée par la pandémie du Coronavirus. La promotion est composée de onze (11) athlètes en provenance de cinq (5) pays et de cinq espoirs sénégalais pris en charge par leur fédération.

La cérémonie d'ouverture a été présidée par Lamine Faty directeur général de la Confédération africaine d'athlétisme, en présence de Seydina Omar Diagne (CNOSS), Sara Oualy (FSA) et des représentants de la CONFEJES et du Ministère des Sports. Le directeur du centre El Hadji Amadou Dia Ba a déclaré que la reprise marque un nouveau départ pour le centre avec en ligne de mire les prochains championnats d’Afrique en Algérie et les Jeux olympiques de Tokyo 2021.

Ainsi, l'objectif sera d'améliorer les performances des athlètes et à terme d'obtenir quatre qualifiés à Tokyo et cinq podiums en Algérie. En ce qui concerne les JO, le centre a déjà deux qualifiés à savoir la sprinteuse gambienne Gina Bass et l’heptathlonienne Burkinabé Marthe Koala. Des athlètes comme le sénégalais Louis Mendy (110m haies) et le Burkinabé Bienvenu Sawadogo (400m haies) sont en mesure de dérocher le visa japonais.  «Avec cinq athlètes, on aura atteint nos objectifs », a estimé le directeur de AADDC Dakar. Mais l'objectif principal c'est les JO de Paris 2024",

Né des cendres de l'ancien CIAD et du centre régional de développement, le centre de développement des athlètes africain a été installé il y a deux ans.

Le groupe de performance

  • Bienvenu Sawadogo (400 m Haies) Burkina Faso
  • Marthe Koala (Heptathlon) Burkina Faso
  • Germaine Abessolo (200 m) Cameroun
  • Adama Jammeh (100 m, 200m) Gambie
  • Alieu Joof (100m, 200m) Gambie
  • Ebrahima Camara (100m, 200m) Gambie
  • Gina Bass (100m, 200m) Gambie
  • Sengan Jobe (100m, 200m) Gambie
  • Sidonie Fiadanantsoa (100m haies, 200m)
  • Louis François Mendy (110m Haies) Sénégal
  • Saguirou Badamassi Niger

Espoirs Sénégalais

Oumar Babou

Mohamadou L. Sakho

Moulaye Sonko

Fatou Gaye

Sangone Kandji

La CAA dévoile le calendrier 2021

La Confédération africaine d’athlétisme a rendu public le calendrier de la saison 2021. Les grands rendez-vous sont les championnats seniors en Algérie (1 au 5 juin), les championnats de cross-country au Togo (6, 7 mars), le meeting Diamond league de Rabat, le circuit africain et les championnats régionaux.

Calendrier2021

Meilleurs Athlètes de l’Année: Huit Africains en course pour les titres

Huit (8) Africains dont 5 femmes et 3 hommes  figurent sur la liste de 10 nominés pour l'athlète mondial masculin de l'année et le prix de l'athlète mondiale féminine de l'année qui ont été sélectionnés par un panel international d'experts en athlétisme, comprenant des représentants des six régions continentales de World Athletics.

Les nominations reflètent la gamme remarquable de performances exceptionnelles dont le sport a été témoin cette année, malgré les défis présentés par la pandémie mondiale de Covid-19.

Ce sont chez les femmes, les Ethiopiennes Letesenbet Gidey, record du monde du 5000m en 14’06”62, Ababel Yeshaneh, record du monde du semi-marathon (épreuve mixte) en 1h04’31’’, les Kenyanes Peres Jepchirchir, championne du monde du semi-marathon et record du monde du semi-marathon, à deux reprises, dans une épreuve uniquement féminine en 1h05’’34 et 1h05’’16, Faith Kipyegon, invaincue dans cinq courses et détentrice des meilleures performances de l’année au 800m (1’57’’68) et au 1000m (2’29’’15),  Hellen Obiri, invaincue dans trois courses au 3000m et 5000m et détentrice de la meilleure performance de l’année au 3000m en 8’22’’54.
Chez les hommes, les nominés sont  les Ougandais Joshua Cheptegei, record du monde du
5000m (12’35’’36), 10.000m (26’11’’00) et 5km sur route (12’51’’) et 4e au championnat du monde du semi-marathon, Jacob Kiplimo, champion du monde du semi-marathon en 58’49’’ et le Kenyan Timothy Cheruiyot, meilleure performance de l’année au 1500m en 3’28’’45 et invaincu dans cinq courses dans cette épreuve.

CAA CONTINENTAL TOUR 2020 : Noélie Yarigo brille à Yaoundé

La 4eme édition du GRAND PRIX CAA de Yaoundé s’est déroulée le samedi17 Octobre 2020 au stade Ahmadou Ahidjo. Une dizaine de pays ont participé à cette compétition organisée au lendemain de l'assouplissement des mesures barrières liées à la COVID 19.


Noelie Yarigo BeninLa béninoise Noëlie Yarigo a confirmé sa bonne forme du moment en dominant aisément le double Tour de piste en 2’10’’19. La congolaise Natacha Ngoye Akamabi a survolé le sprint en remportant le 100m en 11’’86 et le 200m en 23’’98.

Chez les hommes, le Camerounais Raphael Nguoguele (10’’67 au 100 m et 21’’44 au 200m) et le Nigérian Emmanuel Arowolo (10’’69 au 100 m et 21’’39 au 200m) ont été les principaux animateurs du sprint.

Mondiaux de semi-marathon : L’Afrique rafle la mise

Les Africains ont survolé les Championnats du monde de semi-marathon » qui ont eu lieu le samedi 17 octobre 2020 à Gdynia (Pologne).

On attendait Joshua Cheptegei mais c'est un autre Ougandais, Jacob Kiplimo, qui s'est adjugé la victoire en 58'49'', un nouveau record national. Le coureur de 19 ans a battu le Kenyan Kandie Kibiwott (58:54) qui est le détenteur de la meilleure performance mondiale de l'année et l’Ethiopien Amedework Walelegn (59:08). Pour sa première incursion dans la discipline, Cheptegei arrive en quatrième position en 59'21''. Pour la première fois en 28 ans d’histoire de cet événement, un athlète ougandais était sacré.

La Kényane Peres Jepchirchir a amélioré son propre record du monde dans une course exclusivement féminine en 1h 05'16'' devant l'Allemande d’origine éthiopienne Melat Kejeta, (1h 05'18'') et l'Éthiopienne Yalemzerf Yehualaw (1h 05'19").

Peres Jepchirchir

Dans une arène où l'endurance est reine, la vitesse s'est également avéré un bien précieux. En fin de compte, Peres Jepchirchir avait besoin des deux pour régner en maître dans la course féminine.

Joshua Cheptegei et Letesenbet Gidey dans l’histoire

L’Ougandais Joshua Cheptegei (24 ans) et l’Ethiopienne Letesenbet Gidey (22 ans) sont entrés dans l’histoire de l’athlétisme en s’emparant respectivement des records du monde du 10.000 m messieurs et du 5.000 m dames à Valence (Espagne) le mercredi 7 octobre 2020.

Champion du monde du 10 000 m, Joshua Cheptegei vit une année 2020 d'exception. Après s'être emparé du record du monde du 5 000 m le 14 août à Monaco en 12'35''36, l'Ougandais a une nouvelle fois effacé l'Ethiopien Kenenisa Bekele des tablettes en lui ravissant celui du 10 000 m, porté à l'incroyable temps de 26'11''00. Bekele avait réussi 26'17''53 en 2005 à Bruxelles. 

Cheptegei a confirmé son statut de meilleur coureur de fond du moment, lui qui ambitionne tout simplement d'être le meilleur de tous les temps.

« J'ai répondu aux attentes de tout le monde, et j'ai réalisé mon rêve, glissait l'Ougandais peu après son exploit. On est là pour écrire l'histoire, et montrer que l'athlétisme est toujours excitant. Il fallait tout donner. La situation actuelle est difficile pour tout le monde, mais ce genre d'exploits peut apporter de la joie aux gens. »

Auparavant, L'Éthiopienne Letensebet Gidey s’était illustrée de fort belle manière en faisant passer de vie à trépas le record du monde du 5 000 m de sa compatriote Tirunesh Dibaba, établi en 2008 en 14'11''15, avec un chrono ahurissant de 14'06''62.

La vice-championne éthiopienne du monde du 10 000 m avait annoncé ces derniers jours qu'elle allait le faire, et elle l'a fait !

Les performances de ces deux nouvelles légendes prouvent que l’avenir de l’athlétisme est en Afrique.

« Kip Keino Classic » : Les Kenyans maîtres à domicile

Le meeting « Kip Keino Classic » de Nairobi, ultime étape du Tour Continental, a été survolé par les champions du monde kényans Hellen Obiri et Timothy Cheruiyot qui se sont imposés dans leur discipline de prédilection (5.000 et 1.500 m) dans des temps modestes. Ainsi Timothy Cheruiyot, a dominé le 1500 m en 3'34"31 et la double championne du monde des 5 000 m Helen Obiri en a fait de même sur 5 000 m en 15'6"36.

C'est un quasi-carton plein kenyan auquel on a assisté en demi-fond avec les succès de Béatrice Cheptel (9'29"05 sur 3000 m steeple), Ferguson Rotich (1'44"78 sur 800 m), Abraham Kibiwott (8'17"60 sur 3 000 m steeple) ou Paul Tanui (28'6"90 sur 10 000 m). La victoire de l'Éthiopienne Lemlem Hailu sur 1 500 m en 4'6"43 est une des rares exceptions de la journée.

À l'inverse du demi-fond, l'altitude a des effets bénéfiques sur les épreuves de sprint. Le Sud-Africain Sinesopho Dambile en a profité pour s'imposer au 200 m en 20''44 (+1,2 m/s) devant l'Ivoirien Arthur Cissé (20''53).

Nairobi accueille « Kip Keino Classic »

Nairobi accueille le premier meeting du Circuit continental de World Athletics sur le sol africain, ce samedi 3 octobre 2020. « C’est le premier grand événement d’athlétisme sur le continent depuis le début de la crise liée au corona virus », a déclaré Jackson Tuwei, Président d’Athletics Kenya. « Il va relancer le sport dans le pays et très probablement en Afrique, car depuis la Covid -19, il n’y a pas eu de grands championnats en Afrique. »

Le meeting, baptisé Kip Keino Classic en référence à Kipchoge Keino, légende du demi-fond, était initialement prévu en mai, mais a été reporté à deux reprises.

Cette année, Nairobi devait accueillir les Championnats du monde U20 de World Athletics, mais l’événement a été reporté en raison de la pandémie de coronavirus. Le Circuit continental offre à Athletics Kenya une nouvelle chance, cette année, de produire du grand spectacle.

« Nous voulons organiser ce meeting du Circuit continental en gardant à l’esprit que son succès en dira également long sur la capacité de l’Afrique à organiser des événements », a déclaré M. Tuwei.

« Il s’agit de faire en sorte que d’autres événements puissent voir le jour dans toute l’Afrique, afin que nous développions également notre propre série de compétitions qui puisse soutenir et développer l’athlétisme sur notre continent. »

Cette saison, les meetings labellisés Or se composent de cinq épreuves principales : le 200m, le 3000m steeple, le triple saut, le lancer du disque et le lancer du marteau chez les hommes et chez les femmes. Le meeting de Nairobi comprendra également le lancer du javelot, le 400m, le 800m, le 1500m et le 5000m. Les organisateurs ont également prévu des épreuves nationales afin d’offrir aux athlètes locaux la possibilité de concourir à l’occasion d’une saison mise à mal par la pandémie de coronavirus.

Le meeting aura lieu au stade national de Nyayo, qui a été récemment rénové pour répondre aux normes de compétition de World Athletics.

Il y aura moins d’athlètes que prévu initialement. Pour autant, compte tenu des circonstances, le directeur du meeting, Barnaba Korir, est satisfait du nombre d’athlètes qui, jusqu’à présent, ont manifesté leur intérêt pour cette compétition.

Après une année durant laquelle l’athlétisme en Afrique est resté en sommeil, M. Tuwei est confiant que tout est en place pour la tenue d’un événement exceptionnel en octobre.

« Nous pensons que ce meeting va relancer ce sport sur le continent et nous espérons qu’à l’avenir les athlètes auront la chance de concourir à nouveau sur le continent et en dehors.

« Nous sommes prêts et nous sommes préparés », a-t-il déclaré. « Nous voulons assurer à tous les athlètes qui participeront à la première du Circuit continental en Afrique qu’ils prendront du plaisir à concourir à l’occasion d’une compétition de qualité. »

Helen NGOH pour la CAA

Réalisme, flexibilité, efficacité et considération, les aspects fondamentaux du plan de développement de la CAA

La situation de l’athlétisme en ces temps de pandémie, les décisions du dernier Conseil de la CAA, les centres africains (AADC), le second plan de développement, le circuit continental des compétitions, les championnats d’Afrique de cross-country et les championnats d’Afrique séniors, ont été les points forts de la conférence de presse animée, le lundi 21 septembre 2020, en vidéo-conférence par le Directeur Général de la CAA, Lamine Faty et le directeur technique Aziz Daouda.

Faisant le point sur le conseil de la CAA du 9 septembre, M. Faty s’est dit ‘’satisfait’’ de cette réunion après celle du 16 mai dernier avec 15 membres présents et 05 absents excusés. ‘’Le conseil a notamment maintenu la programmation de nos deux championnats phares prévus en 2020 pour l’année prochaine. Le championnat d’Afrique de cross aura lieu fin février/mi-mars 2021 à Lomé au Togo alors que les championnats d’athlétisme séniors se dérouleront à Alger au mois de juin 2021’’ a jouté le DG de la CAA en soulignant que ‘’les dates précises seront arrêtées ultérieurement avec les fédérations organisatrices’’.

M. Faty a fait état du maintien au programme de la CAA du circuit de meetings africains avec sept (07) étapes même si ceux du Nigéria et de l’Afrique du sud ne sont pas encore confirmés. ‘’La CAA veillera à que ce circuit ait lieu avec ses sept étapes tout comme le meeting de Gaborone au Botswana en avril 2021’’, a-t-il dit en souhaitant une amélioration de la situation par rapport à la pandémie du covid-19 et une reprise progressive des championnats régionaux et nationaux.

 ‘’En dépit de la situation du confinement et une préparation pas adéquate, on a été agréablement surpris par les performances de nos athlètes lors des meetings de Monaco et de Stockholm et nous espérons qu’ils vont encore faire mieux dans les compétitions à venir’’ a indiqué M. Faty.

Pour sa part, le Directeur Technique de la CAA, M. Daouda a indiqué que ‘’durant cette période de confinement, la confédération a été très active en organisant une trentaine de sessions avec plus de 50 participants pour chacune. Il a cité comme exemple le séminaire sur l’athlétisme féminin qui avait regroupé plus de 65 dames.

M. Daouda est revenu également sur la stratégie de la CAA basée sur les plans de développement. ‘’A Abidjan lors de notre congrès, l’ensemble des membres se sont déclarés satisfaits de notre premier plan de dix ans qui a expiré en 2017’’ a-t-il dit en soulignant que les compétitions de la CAA ont connu une nette progression en matière d’engouement et du nombre de participants. ‘’Si par le passé on organisait des championnats avec trois ou quatre pays, on a enregistré lors des derniers Jeux Africains de Rabat la présence de 52 pays, alors que les effectifs ont aussi augmenté considérablement’’ a relevé le Directeur technique qui a reconnu la difficulté d’organiser les championnats de cross-country car ‘’c’est une discipline qui n’est pas pratiquée dans tous les pays africains’’.

‘’Pour encourager une participation de masse, la CAA a introduit la catégorie des U18 (cadette) pour les championnats d’Afrique de cross-country à Lomé où plus de 300 participants de cet âge seront sur la ligne de départ’’ a-t-il fait savoir en soulignant la volonté de la confédération à vulgariser cette discipline considérée comme ‘’une entrée à l’athlétisme’’.

Spécificités du terrain

M. Daouda dira également que la stratégie de la CAA tient en compte les spécificités de notre continent et fait de son mieux pour faire entendre sa vision au grand profit de nos athlètes qui sont les seuls à être présents dans les compétitions à travers le monde à hauteur de 30% et figurent également dans les meilleurs résultats mondiaux.

Il a détaillé que le plan de développement actuel de la confédération a été scindé en deux périodes de cinq ans chacune qui sera bientôt adopté par le conseil confédéral soulignant que ‘’ce plan repose sur quatre aspects fondamentaux à notre sens’’ : le réalisme, la flexibilité, l’efficacité et la considération.

Expliquant ces quatre mots clés, il dira que la CAA s’adapte avec la réalité du terrain des fédérations nationales. L’image de marque de notre discipline qui ne fait pas vivre malheureusement tous ses athlètes sauf de rares grands champions est la mission de tous auprès des médias et de la télévision. ‘’Nous devons en tant que confédération travailler en commun avec world athlétics pour sauvegarder et maintenir toutes les épreuves du demi-fond au programme des meetings. Les courses du 5 000 m et le 10 000 m sont les épreuves ‘’africaines’’ et elles avec les relais des épreuves plus spectaculaires que certaines d’autres.

Le Directeur technique a relevé avec satisfaction le bon travail qui s’effectue au niveau des centres de préparation et de formation africains. Il en veut comme preuve, les performances de leurs athlètes dans les compétitions internationales.

Enfin le DG de la CAA s’est félicité de cette conférence de presse et a remercié les participants tout en regrettant que de nombreux journalistes n’ont pas pu accéder à la plate-forme en raison des difficultés de connexion. ‘’Ce n’est que partie remise et nous souhaitons renouveler très prochainement cette expérience’’ a-t-il conclu.

Le chargé de la communication M. Moahmed Zemmour a participé activement à cette conférence avec d'autres journalistes africains notamment M. Oumar Ba, responsable des medias de la CAA et Mme Alice Annibali responsable des Relations publiques du département de la communication de World Athletics. M. Zemmour a assuré que ''les préparatifs des championnats d'Afrique en 2021 à Alger vont bon train, avec surtout la rénovation du stade annexe qui sera doté d'une nouvelle piste''. 

Mohamed Zemmour (FAA) pour la CAA